SPLA : Portail de la diversité culturelle
Sénécultures

MBËKK MI, le souffle de l'océan- mention spéciale au 35e FIFF de Créteil et du Val de Mar‏ne

Un film de Sophie Bachelier
MBËKK MI, le souffle de l'océan- mention spéciale au 35e [...]
Genre : Prix
Rubrique : Cinéma/tv
Publié le : 08/04/2013
http://www.sophiebachelier.com
Contacter par email

Partagez :

Le Jury Anna Politkovskaïa du meilleur long métrage documentaire
The Jury Anna Politkovskaïa of the best documentary (Feature film)

du 35e FESTIVAL INTERNATIONAL DE FILMS DE FEMMES DE CRÉTEIL ET DU VAL DE MARNE


a remis / gave the
special mention

to
MBËKK MI
le souffle de l'océan / the breath of the ocean

Je dédie ce prix / I dedicate this award
à / to
Bineta Diallo, Ndeye Codou Ndiaye, Adia Diatou Diop, Mariem Mar, Fatou Seck Ndoye
Khady Mbengue, Bousso Diop, Diaba Diop, Soda Ndiaye, Ndeye Marème Dione

un grand merci à toutes celles et ceux qui ont travaillé sur le film / Many thanks to all the people who worked on the film


SYNOPSIS

Mbëkk mi, deux mots wolof qui évoquent l'émigration clandestine.
L'expression claque telles ces pirogues qui se cognent aux vagues de l'océan
et se fracassent souvent au bout de leur errance.
Mais Mbëkk mi, c'est avant tout le refus de se résigner aux coups meurtriers du destin.
Si ces jeunes Sénégalais dans la force de l'âge affrontent mille périls, c'est dans l'espoir d'une vie meilleure.
Mais que se passe-t-il de l'autre côté du désastre ?
Les damnés de la mer laissent derrière eux des êtres chers.
Des épouses. Des mères. Ce sont leurs voix singulières que l'on entend dans ce documentaire.
Dans l'intimité d'un face à face dépouillé, elles livrent une parole bouleversante de retenue.
Mbëkk mi, two words of Wolof which evoke the clandestine emigration.
The expression beats, echoing the pirogues which throw themselves against the ocean waves and which are often wrecked at the end of their journeying.
But Mbëkk mi is above all the refusal to resign oneself to the deadly blows of an unjust destiny.
If these young Senegalese men in their prime pit themselves against so many perils, it's in the hope of finding a better life.
But what happens on the other side of this disaster ?
The "wretched of the sea" leave their loved ones behind-their wives, their mothers.
It is these women's unique voices that are heard in this documentary.
Speaking straight to the camera with stark intimacy, we can hear their moving and dignified voices.

Le filmage en noir et blanc, sobre et précis, fonctionne magnifiquement.
Située à une distance juste, la cinéaste écoute des femmes sénégalaises raconter l'émigration clandestine.
Ce que l'on croit savoir sur la question disparaît, relevant du cliché,
car ces paroles, mises bout à bout, dessinent une sorte de fresque, une mémoire du monde sublimée par le geste documentaire.
Black and white photography, sober and precise, works magnificently.
Positioned at the right distance, the film-maker listens as Senegalese women speak.
What we believe we know about clandestine emigration disappears, reduced to the status of cliché, as these sequences of words, appearing one after the other, sketch a kind of fresco, a memory of the world sublimated by the documentary gesture.

Jean-Marie Barbe, In états généraux du film documentaire, LUSSAS, août 2012, France.


Wolof
(subtitles in english, french, italian, spanish)

Laissez-nous vos commentaires !

Laissez-nous vos impressions, remarques, suggestions pour améliorer le nouveau site Sudplanète. N'hésitez surtout pas à nous rapporter les éventuels bugs que vous pourriez croiser.

Partenaires

  • Arterial network
  • Groupe 30 Afrique
  • Adafest

Avec le soutien de